Une prime dévoyée

Comme annoncé par la direction, le versement de la prime COVID a bien été réalisé sur la fiche de juillet 2020 pour les récipiendaires. Les modalités d'attribution de cette prime ont déjà fait couler beaucoup d'encre (et c'est loin d'être fini), car les critères retenus in fine sont bien loin des principes de solidarité et de reconnaissance avancés en mars dernier par le Président de la République.

Au moment de faire les comptes, les "petites mains" présentes en seconde ligne pendant le plus fort de la crise sanitaire, du secteur public comme celui du privé, ont bien du mal à percevoir la gratitude de leur employeur.

En douane, comme dans le reste de la Fonction publique, le sujet semble bien délicat, car il est très difficile de se faire communiquer les taux de répartitions entre catégories, notamment quand il s'agit de déterminer la part des cadres supérieurs ayant bénéficié de la prime.

Une prime qui, rappelons-le, ne devait même pas échoir aux cadres A+ puisque le principe de la prime COVID est basé à l'origine sur celui de la prime exceptionnelle de pouvoir d'achat, qui ne prévoit pas son versement aux salariés percevant plus de 3 fois le SMIC annuel brut !

Aussi, nous sommes baladés entre la DG, les DI et les DR pour essayer de comprendre comment et pour qui ces primes ont-elles été véritablement versées. Certaines sections syndicales nous ont indiqué que c'est bien les agents de la ligne (bureau et brigade), ayant servi sur le terrain pendant le PCA, qui ont touché la prime, pendant que d'autres, plus nombreuses, nous expliquent l'exact opposé : aucune prime versée pour les agents présents sur le terrain !

Le sentiment d'avoir été floué est grand chez nos collègues ; l'administration devra répondre de ses choix le moment venu, nous saurons y veiller.

 

« Là où il y a une volonté, il y a un chemin. »

Comme si cela ne suffisait pas, voilà que nos dirigeants ont eu la bienveillance de retenir sur la même fiche de paye de juillet, les journées de grève de nos collègues qui ont combattu le projet de réforme des retraites fin 2019 (presse du 17 décembre 2019)

Nous pouvons légitimement nous interroger de savoir si le montant des primes COVID attribuées à certains fonctionnaires n'aurait finalement pas été financé par l'Etat avec les gains des journées de salaires prélevés sur l'ensemble de la Fonction publique ?

Réaliser ces différentes opérations sur salaires le même mois sera bien évidemment expliqué comme une pure coïncidence, mais il ne faut pas s'y tromper :  le signe est fort quant à la volonté de l'administration de diviser les agents. Ne tombons pas dans ce piège grossier !

Nous avons dénoncé dernièrement le nouvel gel du point d'indice; toutes ces basses manoeuvres ne doivent pas nous diviser mais, au contraire, renforcer nos idées, faire converger nos revendications afin de mener ensemble des actions visant à inverser cette tendance.

Tous les fonctionnaires sont pleinement engagés au service des populations, tous ont droit à un même niveau de reconnaissance !

Tracts