Peut-être l’avez-vous remarqué, mais nous ne vous donnons jamais de chiffres d’agents « mis en quatorzaine » ou « déclarés malade ». Outre que notre DI nous l’a demandé, ces chiffres sont à prendre avec beaucoup de précaution. Les agents mis en quatorzaine ne sont pas forcément atteints du coronavirus, et faute de disposer de tests, nous ne pouvons le savoir avant qu’ils ne développent la maladie à l’issue de ces 14 jours. De plus, pour les agents déclarés malades selon les consignes des médecins de prévention, ils ne sont pas non plus forcément victimes du coronavirus. Certains en présentent même à peine les symptômes, mais ont été classés comme tel selon le principe de précaution. Aussi, vous présentez ces chiffres ne vous apporterez aucun éclairage.

Confinement

Le secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Action et des Comptes publiques examine en ce moment même la question des congés, sachant que la loi sanitaire prévoit que les salariés du privé peuvent se voir imposer 6 jours de congés payés. Le DI a fait valoir que c’était trop compliqué à mettre en place en Douane en raison des différents régimes de travail.
Le confinement étant prolongé de quatre semaines, un mail sera envoyé par chaque chef de service à leurs agents pour les informer du prolongement de leurs positions administratives (ASA garde d’enfant, personne fragile, renfort ; télétravail).
Pour les agents en sortie de quatorzaine, le DI a interrogé la DG, mais il n’a pas encore eu de réponse. Lorsqu’un agent sort de quatorzaine, le médecin de prévention devrait au moins être informé par le SG ou l’assistant de prévention. Ensuite, on en sait pas si le médecin souhaiterait voir l’agent ou s’entretenir simplement avec lui par téléphone. Surtout qu’il est difficile d’harmoniser les pratiques des médecins de prévention, puisque leur médecin coordonnatrice ne peut leur donner que des recommandations.

Effectifs

295 agents étaient présents physiquement dans leur service ce mardi 24 mars. En OP/CO et AG, la baisse a été régulière et normale en ce sens qu’elle correspond à la volonté de mettre plus d’agents en situation de confinement. En SU, la baisse se poursuit aussi progressivement : 317 agents le 23 mars et 295, le 24. Les effectifs diminueront encore aujourd’hui, car des services peuvent encore être réduits en termes d’effectifs : CISD et IDS en OP/CO et le tourisme au tunnel, car le trafic a fortement diminué. Compte-tenu des missions prioritaires, il ne va néanmoins plus être possible de diminuer les effectifs en SU. D’ailleurs la quatorzaine se termine pour certains agents qui pourraient reprendre le travail comme à Laon et Nogent.
Pour le tunnel, le DI est d’accord pour que les agents du tourisme ne viennent pas renforcer le routier qui a déjà l’aide de la BSIG. Il s’agit en effet de ne pas multiplier les contacts et inquiéter les agents.

Matériels

Le DI a demandé des tests, mais ces derniers ne sont réservés qu’au personnel soignant. Cela ne permet donc pas de sortir rapidement les agents de leur quatorzaine.
A Arras, il a été constaté un manque de masques. Cette unité a dû en emprunter à la BSI de Saint- Omer. Pensez à saisir vos représentants du personnel qui en informent le DI à travers ces audioconférences régulières. D’autant que la DI n’en manque pas et qu’elle fait tout son possible pour ravitailler les unités en matériel de protection.
Tout nos masques sont dits périmés. Selon le directeur général de la Santé, la péremption porte sur l’élastique qui peut être cassant mais non sur le filtre. La DI dispose d’un stock de 80 000 masques, qui a été vérifié selon les instructions du DG de la Santé qui portaient sur les conditions de stockage et l’état du conditionnement.
Pour les lotions hydroalcooliques, il n’y a aucune rupture de stock. Des 400 l sous la forme de flacons, 40 l ont été distribué aux unités picardes, 90 l dans la direction de Dunkerque et pour Lille, le DI n’avait plus le chiffre en tête.
En ce qui concerne les gants, la DI était un peu gêné, mais elle va en récupérer dans une pharmacie et en distribuer dans tous les services sous peu.

Missions

Le DI est d’accord pour que les douaniers travaillent avec la PAF sur un même point de contrôle, mais chacun reste sur ses missions.
A Lesquin, il n’y a plus d’activité aéroportuaire. Il ne reste plus que la plate-forme Internationale de Courriers (PIC) qui ne tourne plus qu’avec 200 agents de la Poste (700 en temps normal). Le fret express et postal, rappelons-le, font partie de nos missions prioritaires. Or la responsable de la PIC était inquiète pour ces agents et ne souhaitait plus que nous contrôlions. Ce qui était inenvisageable pour la Douane. Cette question a été réglée avec la Poste. Même si le PIC n’est plus ouvert que 3 jours sur 7 (6 jours sur 7 en temps normal), les douaniers (3 ou 4) munis de gants et de masques et respectant la distanciation continueront à contrôler.

Tracts