Après avoir reçu les partenaires sociaux début septembre, Édouard Philippe a précisé la méthode et le calendrier conduisant à la réforme du système des retraites.

Les agents de la Surveillance, l'UNSA Douanes et l'UDT sont opposés à la réforme des retraites engagée par le gouvernement.

Nous considérons les évolutions sur le régime des retraites actives comme une énième provocation de la part de nos dirigeants. Nous sommes opposés :

  • A une pension calculée sur un nombre de points ; finis les 6 derniers mois....

  • A un âge de départ à 62 ans pour tous !!!

  • A une non prise en compte de la pénibilité ; finis le 1/5ème....

L’UNSA Douanes et l'UDT n’entendent pas laisser sacrifier nos acquis historiques au nom d’un « égalitarisme » tirant tout le système vers le bas : préparez-vous !

Le moment approche où nous devront nous faire entendre, certains ont déjà commencé.

Ce combat spécifique, lié notamment à la pénibilité du travail, concernera également les agents des Opérations Commerciales de l'UDD Nuit à Roissy et des futurs bureaux de Calais et Dunkerque.

L'UNSA rappelle qu'elle n'était demandeuse d'une réforme systémique par points.
 

Quels sont les principes de la réforme annoncés par le gouvernement :

  • L’universalité avec la fin des logiques corporatives pour un système qui prenne en compte l’évolution des métiers et des carrières (disparition de filières, création de nouveaux métiers, périodes de chômage plus nombreuses, fragmentation des parcours, etc.). Renforcer « l’universalité » du système, c’est créer une solidarité entre tous les métiers. « Plus nous serons nombreux à cotiser au même régime, plus la solidarité et les protections seront fortes ».
  • La responsabilité liée à la pérennité financière du système afin de s’adapter aux changements démographiques. Les français vivent plus longtemps et sont moins nombreux à cotiser, ils devront travailler plus longtemps.

L’UNSA rappelle que l’augmentation de la durée de cotisation ainsi que le relèvement des âges d’ouverture des droits votés par les anciens gouvernements avaient déjà repoussé l’âge de départ à la retraite des assurés sociaux. Pour l’UNSA les bornes d’âge ne doivent pas être modifiées et l’âge d’ouverture des droits doit rester 62 ans.

Le Premier ministre reconnait d'ailleurs que : « Le système, pour l’heure, n’est pas très loin de l’équilibre ».

C’est ce que l’UNSA n’a cessé de réaffirmer tout au long de la première phase de concertation.

Lire la suite de l'analyse sur le site UNSA Finances : ici

Tracts