Le Premier Ministre Jean CASTEX, qui doit méconnaître totalement l’organisation du contrôle des frontières de son pays, a en effet déclaré que :

les Français ne pourraient pas et ne devaient pas aller skier en Suisse à cause du covid, et qu’il laisserait aux Préfets des départements concernés, le soin d’organiser tout cela.

Une fois cette bombe médiatique lancée, deux questions s’imposent à nous simples gabelous :

 

mais surtout…

 

Est-ce juridiquement possible ?

 

Est-ce opérationnellement faisable ?!?

 

Après des jours de réflexion et à la veille des vacances scolaires, les Préfets de Haute-Savoie a une idée lumineuse :

La distribution d’un « flyers dissuasif » à la frontière franco-suisse

en mobilisant ses services : la Gendarmerie, la Police et la Douane !

 

Ainsi alors que la douane avait près de 400 missions dans son portefeuille d’action… La Direction d’Annecy innove sous couvert de l’autorité préfectorale de Haute-Savoie, et se créer une nouvelle mission :

 

La distribution de flyer invitant les potentiels skieurs français à ne pas se rendre dans les stations de ski suisses.

C’est quoi ça comme mission dans Mathieu ? De l’opérationnel ?

 

C’est vrai qu’en période d’état d’urgence attentats, on ne sait pas quoi faire pour s’occuper ...

 

Cette action a donc été menée ce WE à Bardonnex, St Gingolph et Vallard…

Le tout organisé par de hiérarques locaux et avec une couverture médiatique digne de l’événement !

 

On peut éventuellement comprendre le choix d’une action à St Gingolph : sur l’axe principal des stations suisses, entre 07h30 et 09h un samedi.

Mais rééditer cette action à Vallard un dimanche à 11h, qui donne directement sur le Genève et son jet d’eau, et qui demeure comme tout le monde le sait...le haut lieu du ski !!!!...est risible à souhait.

 

Et les résultats vous nous direz ?

 

Fiasco total avec des conducteurs médusés de voir du « bleu » distribuer des « tracts »… et surtout pas beaucoup de cibles avec des skis sur le toit...

 

La Gendarmerie, la Police aux frontières et la Douane sont ridiculisées et leur action en frontière décrédibilisée.

 

La Douane sans aucun pouvoir de police en matière de contrôle « covid » a de nouveau été

instrumentalisée comme faire valoir pour ce qui n’est qu’une vaste opération de communication !

 

Nos décideurs douaniers devraient s’inquiéter du « Beauvau » de la sécurité convoqué par le Président de la République où nous sommes une nouvelle fois absents et relégués au rang de supplétifs des grandes forces de sécurité…

 

UNSA DOUANES Léman

22/12/2020

 

Tracts