Le lendemain même d’une ordonnance scélérate sur le retrait de nos jours d’ARTT et de congés, les ministres et directeurs d’administrations ont appelé leurs organisations syndicales à les aider à préparer les plans de reprise d’activité des administrations du ministère, dans l’optique de l’hypothétique déconfinement du 11 mai !

 

Ces gens ont su réfléchir et organiser seuls les retraits de jours d’ARTT et de congés. Ils ont su, seuls, « vendre » aux médias une prime de 1000€ qui se transforme en 1/3 ou 2/3 pour certains et la totalité pour des cas rarissimes ; et surtout 0€ pour la grande majorité des douaniers qui n’ont pu que subir la situation dans laquelle les a mise l’administration.

 

Ils devraient pouvoir assumer les réflexions et décisions, (ainsi qu’ils en ont l’habitude depuis des années), de remise en route des services et unités de la douane française, du moins l’espère-t-on, dans le cadre des lois, décrets, circulaires, et autres notes qui régissent l’organisation des services !

 

Ainsi, ces gouvernants et décideurs ne manquent pas de toupet de nous appeler à l’aide. Nos dirigeants se glorifient à longueur de temps d'un dialogue social, qui dans les faits n'a jamais véritablement existé ! Souvenons-nous du dernier conflit douanier en 2019, du système des mutations désintégré en quelques semaines ou encore du passage en force d'une réforme des retraites très injuste.

 

L’UNSA DOUANES a décidé de ne participer aux réunions éventuelles, qu’en observatrice, sans participation et aide aucune aux débats. Elle ne fournira aucune contribution orale ou écrite en réponse aux sollicitations dont elle est l’objet. Il y a des limites à l’impudeur !

 

Paris, le 18 avril 2020

 

 

Tracts