La situation de tous les agents des douanes n’est pas facile et force est de constater que des responsables s’emploient à protéger à la fois le maintien de notre activité d’administration régalienne en la conciliant avec le maximum de précautions de protection de leurs personnels, pendant que d’autres n’ont rien à battre de la santé et la vie de leurs agents.

Rien d’étonnant à cela, puisqu’il n’y a aucune raison que le temps de guerre déclaré par le président de la république transforme fondamentalement les sentiments et mentalités !

N’a-t-on pas vu un DR ordonner la non utilisation de masques le week-end dernier ? Nous nous réservons la possibilité d’ester par tout moyen en cas de déclaration avérée et massive de coronavirus chez les agents concernés par cette note.

Vous êtes à l’heure actuelle inondés de messages et statistiques de tous ordres adressés par les uns et les autres : ministère, direction générale, organisations syndicales. Nous essayons de ne vous adresser que le strict minimum pour ne pas en ajouter.

Il est cependant une comparaison très parlante qui n’a pas été effectuée et traduite en pourcentage : celle du nombre d’agents effectivement au « front » et celle du nombre de malades avérés, par circonscription. Ces éléments font question parmi les intervenants téléphoniques réguliers.

Le tableau ci-dessous (source origine DG plus colonne pourcentage réalisation UNSA DOUANES) vous fournit les chiffres qui sont à notre avis parlant :

 

Pour lire efficacement la colonne pourcentage, il faut la passer au double prisme du nombre de malades dans les régions concernées ainsi que la nature des missions PCA à y effectuer ; ces éléments influant évidemment sur le résultat en cas déclarés, (possiblement en et hors service), puisqu’exposés au danger viral.

Les régions : Grand Est, (de loin), IDF, PACA CORSE et Hauts de France étant les plus touchées actuellement à titre général dans le pays .

Les chiffres des cas confirmés données par « Santé publique France » actualisés également au 24 mars ci-dessous sont parlants à cet égard :

Ile-de-France : 6 798 Grand Est : 4 922 Provence-Alpes-Côte d’Azur : 1 595 Hauts-de-France 1 532 Bourgogne-Franche-Comté :1 510 Occitanie : 900 Auvergne-Rhône-Alpes : 857 Nouvelle-Aquitaine : 789 Normandie : 586 Bretagne : 526 Centre-Val de Loire : 450 Pays de la Loire : 343 Corse : 217 Total Métropole : 22 025 La Réunion : 83 Guadeloupe : 73 Martinique : 57 Mayotte : 30 Guyane : 23 Saint-Martin : 8 Saint-Barthélémy : 3 Total Outre Mer : 277

Cette mise en perspective permet de constater qu’il n’y a pas une corrélation complète entre les chiffres généraux de malades et le pourcentage du ratio de malades douaniers ! Il y a donc lieu de s’interroger !

Pour nous, cette non adéquation est en grande partie, le fait de consignes disparates de la hiérarchie ; allant de la plus humaine à la plus surréaliste, ainsi que citée plus haut !

Nous ne pouvons qu’exhorter Madame la Directrice générale à arbitrer dans le bon sens, quand elle aura à donner, comme elle l’envisage, des consignes d’application nationale obligatoire, d’exercice des missions. Il en va de la santé et peut-être malheureusement de la vie des agents.

Nous souhaitons également obtenir la diffusion des statistiques quotidiennes au niveau des directions régionales afin de bien cibler nos efforts sur les secteurs les plus exposés.

Paris, le 24 mars 2020

Tracts