COCU ???

 

Il s’agit bien sûr d’une provocation ! Le présent tract entend relater les propos tenus lors de la tenue du Groupe de Travail qui a eu lieu le vendredi 17 janvier dernier à la DR de Perpignan.

Le sujet : « module montagne » présenté aux O.S.

Officiellement, le document est une version « dépoussiérée » de l’original de 2013, revisitée par le Chef Divisionnaire de Cerdagne, un moniteur Sécu et quelques agents expérimentés des 2 unités de montagnes catalanes à savoir Porta et Bourg-Madame.

Les O.S. ont le sentiment d’être mises devant le fait accompli, les 2 CSDS concernés aussi ; ils ont découvert le document en même temps que nous !

Étonnamment, alors que le « plan tabac » y est évoqué et pour peu qu’on connaisse la topographie des lieux concernés, personne n’a été consulté ou invité pour représenter la D.R. Midi-Pyrénées et encore moins la brigade d’Ax les Thermes.

Que contient ce module montagne ?

Outre des rappels et bien des références aux B.O.D. et aux règles de sécurité, la véritable nouveauté consiste dans le recrutement et la formation d’agents volontaires du BCNJ de la BSE de Porta, pour intervenir hors route légale. Autrement dit : les chemins de montagne empruntés par des piétons (porteurs de ballots).

Jusqu’à présent, ce sont les B.S.I. de Bourg-Madame et d’Ax les Thermes qui sont chargées de ses missions.

Succinctement voici les positions des différentes O.S.

SOLIDAIRES ; absent excusé

C.G.T. : unique préoccupation, la sécurité ; ce que personne ne conteste autour de la table. Elle estime que les conditions ne seront pas réunies et se montre hostile au projet.

C.F.D.T. : principale préoccupation, la formation. Là encore, personne ne conteste dans la salle. Une représentante est déjà volontaire pour en bénéficier.

F.O. : souscrit sans réserve au projet.

Ces O.S. auront tous loisirs de s’exprimer par les canaux mis à leurs dispositions sur leur position que nous respectons.

 

La position de l’UNSA.

Nous estimons et disons que notre Administration est aux abois et qu’elle tente de colmater les brèches qu’elle a elle-même créées - Suppression d’unité comme Saillagouse ou La Cabanasse et les effectifs afférents –

Que le « plan tabac » est à nos yeux une passade, voir un caprice d’un Ministre. Il est mis en œuvre à effectifs quasi constant ; de là, à supprimer tous les équipes cynophiles anti-stup en Cerdagne ?! Les Douaniers, surtout dans les Pyrénées, ont toujours fait du tabac ! Nous continuerons mais ce n’est pas une raison pour abandonner le reste des missions. A l’image du Gouvernement, la Douane est dans la réaction et oublie les bases.

Nous avons rappelé que nous ne contestions pas la possibilité pour les agents de Porta de poursuivre les VL auteurs de passage de vive force ou d’intercepter les piétons-passeurs à vue, pourvu que la sécurité soit sans faille. Mais nous leur contestons la possibilité de missions autonomes programmées jusque là réservées aux B.S.I. Pour info : il faudrait 10 agents de nuit pour effectuer une telle mission 8 montagnards + 2 agents restant au BCNJ.

Pour nous, tout cela est source de conflits et de divisions inutiles. Porta aurait alors aussi 2 « sortes » d’agents. Les montagnards et les autres.

L’UNSA, et les autres O.S., s’est battue pour que les agents de Porta bénéficient de points de NBI, d’horaires spécifiques (3x12h), gardent des titres-restaurant et ceci avec conviction et sans regret.

L’UNSA, seule, s’est battue pour que Bourg-Madame obtienne le défunt statut de brigade défavorisée (Qu’on se le dise !)

Maintenant, si c’est pour faire le même boulot : Guinguettoises, Guinguettois, tous à Porta !

 

Mais surtout ne vous laissez pas BERNER